livres-jeunes-auteurs

REVUE DE PRESSE

 

 

Un article sur le roman "Deviens ce que tu es" vient de paraître dans la revue Paris - Phuket de Janvier 2013.

 

 

Vous pouvez lire cet article sur le lien suivant :

 

http://issuu.com/leparisphuket/docs/le_paris_phuket_13_def_web

 

 

 

 

L'article - extrait du Paris Phuket Janvier 2013

 

 

Deviens ce que tu es


Auteur : Fréderic  Andrieu
Editions de Saint- Amans, aout 2012

 


  

Deviens ce que tu es… 2 mois que le livre vient de paraitre. Bientôt sur les rayons en Thaïlande. Jeune roman, jeune auteur.  C’est un honneur pour Le Paris Phuket de figurer parmi ses 1ers lecteurs.
L’auteur, Frédéric  Andrieu, est né en 1961 à Paris, en France. Deviens ce que tu es… est son 1er roman. Il vit avec son épouse, depuis  8 ans, 6 mois de l’été sur l’ile d’Oléron et les 6 mois de la haute saison à Phuket, en Thaïlande.
Son ouverture sur le monde a commencé pendant l’enfance au Maghreb grâce à ses parents, 14 ans en coopération en Algérie. La famille voyageait beaucoup en Tunisie, au Maroc et dans le reste de l’Afrique. Après avoir, sa femme et lui, vécu plusieurs expatriations, à l’Ile Maurice, en Guadeloupe,  en Polynésie, tous 2 se sont implantés à Phuket, en reprenant  un restaurant français pendant plusieurs années à Nai Harn.
« Par ce roman, je voulais présenter des facettes de la culture thaïlandaise autres que celles véhiculées par les médias.  En travaillant au restaurant avec des employés thaïs, j’ai appris à les connaitre et les respecter. » confie Frédéric dans l’interview accordée au Paris Phuket.  « J’ai toujours beaucoup observé et discuté avec les gens. Les autres cultures, la découverte d’un ailleurs et de gens différents m’intéressent. Nos employées et leurs enfants faisaient partie de la famille. On a été invité dans leur village. A Chiang Mai, une amie thaïe mariée à un anglais nous a introduits dans des villages de montagne. »
Pour Frédéric Andrieu, écrire est un besoin quotidien, une passion. « Mon 2ème roman Lendemain de tsunami  est terminé. Il se passe sur le sud de Phuket. Une histoire d’amour entre une enfant et un adulte. Je suis en phase de relecture. Et je prévois déjà le 3ème roman qui démarre à Bangkok. Mon rêve serait que mes prochains livres soient publiés par une grande maison d’édition. »
« Pour faire connaitre mon livre et mes activités à Phuket, j’ai créé 2 blogs : http://livres-jeunes-auteurs.blog4ever.com et http://thailande.blog4ever.com. » L’auteur invite tous les jeunes auteurs à présenter leur ouvrage dans le premier de ces blogs.
Deviens ce que tu es … histoire d’une famille thaïe vivant dans le nord du pays
Ecrire un livre c’est parler de soi. Une grande partie de soi se dégage…  s’exprime… c’est plus ou moins autobiographique sans l’afficher ouvertement, sans montrer les limites au lecteur entre soi et l’imaginaire. L’auteur nous livre, séduit par la sérénité du peuple thaï, par le regard de Kim une enfant thaïe, une partie de ses valeurs.
Ce titre Deviens ce que tu es… résume le livre et toute une philosophie de vie. Etre soi-même, accepter des changements pour avancer dans la vie, sans tenir compte des normes ou des qu’en dira-t-on. Le tout sur sa propre route de la quête du bonheur. Les pages nous mènent en douceur et en toute simplicité vers une réflexion sur la vie, des buts essentiels de la vie. Profond et léger à la fois, sans arrogance et plein d’amour pour l’autre Deviens ce que tu es… est une leçon de vie inspirée du Bouddhisme ou tout est harmonie. Un livre spirituel. Tous les actes quotidiens reflètent un mode de pensées.
Le matérialisme à l’occidental, le souci d’accumuler des richesses sont inexistants. La pauvreté ou la modestie de la famille, selon nos critères, n’altère pas leur joie de vivre. La quête matérielle se limite à une seule fin : le bonheur des autres. Tout au long du livre, on retrouve le rythme lent de la Thaïlande, loin du stress occidental ou l’action se situe dans la relation à l’autre dans le bonheur d’être et non de paraitre, dans Etre et non Avoir. Etre en harmonie avec soi-même en toute discrétion.
Ce livre fait l’apologie du livre. Kim, notre héroïne, enseigne la lecture, donne accès à la culture et à la réflexion, et devient écrivain. Elle découvre les pouvoirs du livre, un moyen de s’émanciper et s’épanouir. Grace à la lecture, elle avance sur son propre parcours professionnel et mais surtout personnel, le professionnel nourrissant la vie.
La narratrice Kim, cadette de 3 enfants, est née au milieu des rizières dans le nord de la Thaïlande, dans une région montagneuse. Son père nourrit sa famille grâce à l’exploitation des rizières. Travail laborieux peu rémunérateur mais où personne ne se plaint jamais, ou tous respirent la joie de vivre.  Sa seconde fille Malee nait muette. Elle choisit à l’adolescence d’entrer dans un monastère pour une durée de 15 mois. Un appel de Bouddha. Des pouvoirs surnaturels dont elle n’abuse pas, l’habitent.
« Une de mes employées a été nonne quelques  temps, nous confie l’auteur, donc j’ai eu la chance de pouvoir discuter avec elle. Je me suis inspiré de cette employée pour créer le personnage fictif de Malee. Par contre, les dons surnaturels de Malee, sont de l’imagination pure. J’ai lu beaucoup d’articles sur internet de personnes qui avaient de tels pouvoirs. » 
Malee, dotée d’une grande sagesse bouddhiste,  devient  un guide spirituel pour Kim. Elle fait des miracles en redonnant la joie de vivre à un veuf. Elle part s’isoler dans la montagne pour méditer.  Muette de naissance, elle y retrouve la parole au cours de ses prières. Et pour finir, survit dans une grotte sans se nourrir, se nourrissant juste de la foi.  Le tout, en toute modestie, sans fierté aucune. Le village la considère alors comme la réincarnation de Bouddha. Hommage au Bouddhisme, à la religion, cette foi  « qui soulève des montagnes ». Tout laisse à penser que l’auteur a vécu une retraite bouddhiste, a côtoyé un maitre spirituel. « J’aimerais bien faire une retraite bouddhiste mais je me suis surtout nourri de mes lectures. Grâce aux visites de temples, à quelques rencontres de moines, aux échanges avec les Thaïs et surtout les livres écrits par le Dalai Lama ou ceux de Mathieu Ricard, moine bouddhiste et  traducteur français du Dalai Lama, j’ai pu m’imprégner de cette philosophie».» déclare Fréderic Andrieu en toute simplicité.
Avec une âme voulant aider son prochain, une âme de travailleur social, Malee s’oriente vers la profession de  « femme-aidante » lors des  accouchements. Démunies de moyens médicaux et face au taux de mortalité important périnatale dans la campagne thaïlandaise, les 2 sœurs, Kim et Malee, murissent et mènent à terme 2 projets de développement rural : acquérir un bus pour se rapprocher des femmes prêtes à enfanter et créer une école de bambou gratuite dans ce pays ou la scolarité est payante.
«Cette école, je l’ai imaginée aussi pour rendre un hommage à Mathieu Ricard qui à travers son association Karuna Shechen (www.karuna-shechen.org) a mis en place  plus de 100 projets d’école de bambou dans les contrées isolées du Tibet. » révèle l’auteur.
Le bonheur de Kim s’épanouit au fil des pages, au fil des années, avec l’avancée des réflexions de Kim, avec la maturité croissante, dans la réalisation de ses projets et dans sa relation amoureuse ou elle découvre les joies du corps, la sensualité naturelle. Kim devient plus philosophe, plus forte et plus déterminée, de jour en jour.  « La forte détermination est un acquis chez tous les êtres humains, il faut en être conscient tous les jours, conscient de ce potentiel… cela peut servir à résorber ces sentiments de découragement, d’impuissance et de mépris de soi. » dit-elle.
Kim, dans ses mots de la fin, nous livre un bilan de sa vie.  « Je considère mes possessions comme des outils, et aucune n’est en fait indispensable. Mes grandes fortunes, ce sont les rencontres avec les gens, mes maitres…  des êtres sages et bienheureux qui ont été des exemples plutôt que de longs discours »
L’auteur n’oublie pas les esprits malveillants de la culture thaïlandaise comme Tii Prêt. « Cet esprit affamé à la recherche d’humains susceptibles de leur faire une offrande. Ils sont la taille d’un arbre, très maigres, disposent de mains géantes, et de toutes petites bouches ne leur permettant  jamais d’atteindre la satiété en les maintenant dans un état de souffrance permanent… malédiction associée à leur vie terrestre faite de violence et de blasphèmes. »
Et les petites touches surnaturelles liées à la croyance aux astres… « J’ai compris qu’il me fallait attendre les constellations de feu pour agir, quand la lune passe devant les constellations du bélier, du lion et du sagittaire. »
Un parallèle avec Jean Giono  pourrait être fait mais dans une ambiance générale plus optimiste, plus zen. Toute la vie a pour cadre le monde paysan dépeint avec réalisme. Leur œuvre romanesque, à tous les 2, décrit minutieusement la condition de l'homme dans le monde, face aux questions morales et possède une portée universelle. Le réalisme merveilleux, magique des 2 auteurs nous fait entrer parcimonieusement dans un mode surnaturel.
Si Deviens ce que tu es… n’est pas un livre sur le Bouddhisme, il est cependant un roman ou toute la toile de fond est bouddhiste.
Une tranche de vie ordinaire nourrie par les valeurs de Bouddha basée sur l’amour de l’autre, l’altruisme, le don de soi,  avec des actions bienveillantes, un calme, une plénitude et une maitrise de soi permanents, une communication saine.
Une tranche de bonheur.


Corinne Missler



14/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres